2018

2018 : « Le Magnifique »

L’hiver et le printemps 2018 ont été plutôt doux et arrosés remettant à niveau les nappes d’eau souterraines déficitaires de l’année précédente. Nous n’avons pas subi de gels printaniers comme les 2 millésimes passés ce qui fut un véritable soulagement économique. Ensuite, ce sont des conditions tropicales qui ont marqué la saison, de la fin Mai à début juillet. Les traitements se sont succédé afin de contrer le mildiou mais la maladie éradiquait hélas de nombreuses grappes avant la véraison. La floraison fut à nouveau précoce, comme l’année 2017, avec une sortie de grappe confortable. Puis, le reste de l’été fut chaud et sec ponctué seulement de 40mm de pluie entre le 20 juillet et la mi-septembre. Les vignes ont continué d’alimenter les raisins malgré une légère sécheresse estivale, notamment dans les alluvions. Les vendanges furent à nouveau très précoces : récolte des chenins dès le 12 septembre et des cabernets vers le 18 septembre. Les richesses en sucres sont exceptionnelles affichant des degrés compris entre 13 et 14.5%/vol et des taux d’acides tartriques élevés. 2018 est un millésime complet et expressif dans toute la gamme, les équilibres sont magnifiques, les richesses en alcool sont contenues par une fraîcheur et une longueur de bouche sapide. Les volumes produits vont également donner de l’oxygène à de nombreux vignerons après les épisodes de gel de 2016 et 2017. Toutefois, une évidence s’impose à nous, depuis 30 ans (1988 -2018), les températures ont gagné plus d’1 degré entre Mars et Septembre, les richesses des raisins ont gagné 3% d’alcool et les acidités ont chuté de 4g/L (H2SO4). Le réchauffement climatique est une évidence, nous vendangeons de plus en plus tôt (1 à 2 semaines), nous vinifions des vins supérieurs à 13% plus régulièrement. Cela reste positif et je pense favorable aux belles expressions de Cabernets Francs mais bien plus préoccupant pour l’avenir et pour notre planète…